Le Ministorum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Ministorum

Message  Fabien le Mar 5 Jan - 19:59



L'Adeptus Ministorum, appelé plus communément
Ecclésiarchie, est une colossale organisation fondée sur le
culte de l'Empereur. Grâce à ses prêcheurs, ses
confesseurs, ses missionnaires et ses cardinaux,
l'Ecclésiarchie contrôle la vénération des masses en
donnant un but a leurs prières. Le Credo Impérial pratiqué
par l'Ecclésiarchie et ses milliards de fidèles est la seule
religion officielle de l'Imperium. Bien que l'interprétation des
rites et des dogmes officiels puissent subir des variations
mineures, toute déviance importante est considérée
comme une hérésie et sévèrement réprimée.
L'Ecclésiarchie guide les fidèles de l'Empereur depuis près
de dix mille ans, mais il est possible de retracer sa
naissance grâce à ses antiques archives. Dans les
kilomètres de catacombes s'étendant sous le Palais
Ecclésiarcal, les registres poussiéreux du passé côtoient
les parchemins ou sont transcrits les confessions des
hérétiques et des blasphémateurs. Dans les profondeurs
de la bibliothèque, à une journée de marche de l'entrée
secrète la plus proche, sont conservées les chroniques de
Lord Vandire. Plus loin encore se trouve le Caveau des
Origines ou sont gardés les registres les plus anciens.

L’Organisation
Le vaste Adeptus Ministorum peut être schématiquement
divisé en 2 parties. Bien que les fonctions de ces 2
départements se chevauchent forcément, leur rôle
recouvre des champs d'action distincts au sein de
l'Ecclésiarchie. Les membres les moins influents sont
dirigés par les archidiacres qui supervisent le
fonctionnement administratif du Ministorum. Ils calculent le
montant des dîmes, s'assurent de leurs prélèvements,
dirigent la construction de nouveaux temples et sanctuaires
et sont responsables de l'approvisionnement de
l'organisation.
Chaque diocèse possède son propre archidiacre et la
plupart des paroisses comptent des diacres dans leur
sanctuaire principal. Ils gèrent l'argent qui entre et qui sort
de leur paroisse : les spiritualités (argent versé à
l'Ecclésiarchie en retour de services de nature spirituelle) et
les temporalités (richesse et pouvoir associés à la terre et
aux possessions de l'Ecclésiarchie). Dans les coulisses,
des milliers de clercs et de comptables veillent à ce que
cette énorme machine fonctionne le mieux possible.
Le reste de l'Ecclésiarchie ne s'occupe que des aspects
spirituels de l'organisation. Il s'agit des cardinaux, des
prêcheurs, des missionnaires et des confesseurs, qui
administrent le culte de l'Empereur et font observer les
doctrines religieuses de l'Ecclesiarque. Il existe plusieurs
organisations plus petites au sein de l'Ecclésiarchie,
chacune ayant un rôle spécifique.

La Schola Progenium
La Schola Progenium est responsable du bien-être et de
l'éducation des orphelins des serviteurs impériaux. Qu'il
s'agisse du fils d'un colonel de la Garde Impériale ou de
l'enfant d'un obscur scribe, tous sont l'objet d'une même
attention. Chaque diocèse possède des orphelinats où sont
réunis ses pupilles. Sous la tutelle d'un abbé, les prêcheurs
de l'internat dirigent les études des jeunes gens dans de
multiples domaines, y compris le catéchisme impérial.
Au moment de l'adolescence, les Progena sont orientés
vers les matières dans lesquelles ils se sont avérés les
plus doués et, jusqu'à l'âge de seize ans, leurs tuteurs
veilleront à ce qu'ils développent davantage leurs talents
en les formant à l'une des carrières des organisations
impériales. La plupart des Progena deviennent scribes,
clercs ou surveillants dans l'Adeptus Terra, mais certains
d'entre eux peuvent espérer accéder à de plus hautes
fonctions. Certains garçons pourront peut-être devenir
commissaires de la Garde Impériale, sous-officiers de la
Flotte Impériale, ou entrer dans les ordres et être nommés
prêcheurs ou doyens (le subordonné d'un diacre).
Certaines filles pourront rejoindre l'Adepta Sororitas. Les
Progena des deux sexes peuvent être recrutés par
l'Inquisition ou même l'Officio Assassinorum. C'est un
grand honneur d'être passé par la Schola Progenium et
ceux qui en sont issus ont conscience de ce privilège.
Professeurs et élèves mènent une vie stricte et austère.
Pendant l'Age de l'Apostasie, nombre de Schola
Progenium furent corrompus par l'esclavage et la
dépravation. Les pupilles travaillèrent dans les mines et les
usines de l'Ecclésiarchie. Des enfants particulièrement
brillants furent vendus comme domestiques à des
commandants de la Garde Impériale, les plus belles des
pupilles devinrent les concubines des nobles impériaux.
Les plus forts furent entraînés pour appartenir à la
Fraternité des Templiers ou aux Promises de l'Empereur
dont les meilleurs éléments grossirent les armées de
Vandire. Le mot orphelinat fut associé à des pratiques
illégales, en particulier sur le plan financier. Aujourd'hui,
des internats séparent les deux sexes. Les contacts sont
chastement réservés aux cérémonies religieuses. Seule
cette pureté permet aux Progena de rejoindre ceux qui
veillent sur le domaine de l'Empereur.

Le Missionarus Galaxia
Bien que presque toute la galaxie fasse désormais partie
du domaine de l'Empereur, il existe encore d'innombrables
planètes que Sa lumière n'atteint pas. Le but du
Missionarus Galaxia est d'apporter le Credo Impérial à ces
mondes perdus, de répandre la sagesse de l'Empereur et
d'étendre l'Adeptus Ministorum. Pour parvenir à ses fins, le
Missionarus Galaxia emploie diverses méthodes. Au moins
un missionnaire accompagne chaque mission d'exploration
au cas où elle rencontrerait des humains. Si un
missionnaire rencontre effectivement une communauté
perdue, son travail consiste à en apprendre le plus possible
sur sa culture et ses croyances, pour ensuite instruire les
autochtones des doctrines du Credo Impérial. Ce
processus peut être long car il implique de substituer
l'Empereur aux divinités révérées par les futurs convertis et
d'inclure les pratiques religieuses du Ministorum dans leurs
cérémonies. Le missionnaire doit éliminer les aspects les
plus barbares de la religion d'origine (comme les sacrifices
humains), mais il doit également détecter tout élément
suspect comme les mutations génétiques résiduelles, les
adorations du Chaos ou les dominations extraterrestres.

Le Clergé Frateris
La plupart des membres du Ministorum appartiennent au
clergé Frateris. Ce sont des prêcheurs, des confesseurs et
des cardinaux qui satisfont les besoins spirituels de
l'humanité. Ils administrent le culte, disent les messes,
bénissent les guerriers de l'Imperium et sauvent les âmes
des croyants de la damnation. L'Ecclesiarque se tient au
sommet de la hiérarchie, régnant depuis le palais
écclesiarcal sur Terra. Il est à la tête du Saint Synode,
dirigeant les débats et les discussions des cardinaux.
Il existe plusieurs milliers de cardinaux et chacun d'entre
eux est responsable d'un diocèse de l'Imperium. II y a trois
rangs de cardinaux dans le Saint Synode. Bien que cette
hiérarchie soit plus honorifique qu'autre chose et qu'un
cardinal ait peu de pouvoir sur un autre diocèse par rapport
au sien, les traditions et les cérémonies du Credo Impérial
demandent que chacun connaisse sa place exacte dans le
service de l'Empereur. Les plus élevés dans la hiérarchie
sont les cinq cardinaux palatins qui, ne possédant pas de
diocèse formel, servent à l'intérieur même du palais
impérial et aident l'Ecclésiarchie à remplir ses devoirs.

LE CREDO IMPERIAL
Les croyances et enseignements de l'Ecclésiarchie sont
appelés Culte Imperialis, Culte Imperial ou Credo Impérial.
Le Credo Impérial personnifie les idéaux de Fatidicus, le
fondateur de l'Ecclésiarchie. S'il est axé avant tout sur la
vénération de l'Empereur, le Credo Impérial a d'autres
implications. Il prône notamment l'expansion de l'Imperium
en tant que domaine de l'Empereur.
Chaque citoyen impérial à le devoir de protéger l'Imperium
contre les menaces extérieures, de résister à la tentation
du Chaos et aux menaces extraterrestres. L'Imperium doit
aussi rester pur en son sein. Ainsi les hérésies, les cultes
interdits et les mutations doivent être dénoncés et
rapidement punis. Le Credo Impérial impose aussi une
structure fortement hiérarchisée à l'humanité. Chacun a sa
place et un rôle à remplir dans le grand projet et chacun
doit faire de son mieux pour exécuter cette mission. Le
respect de l'autorité est à la base de ce système, l'autorité
ultime étant celle de l'Empereur.
Comme toute religion, le Credo Impérial est ouvert à de
multiples interprétations, de la part de l'Ecclesiarque
comme des prêcheurs de paroisse. Différentes écoles de
pensée existent au sein du Ministorum, concernant, par
exemple, des passages de la Litanie de la Foi. Bien que
ces écoles soient en désaccord et que leurs opinions
divergent souvent de celles de l'Ecclesiarque, il est rare
aujourd'hui que l'une d'elles soit déclarée hérétique, à
moins d'une déviance indiscutable.
Le plus souvent, ces divers points de vue rejoignent une
direction commune et seuls des détails différencient les
diverses écoles. Par exemple, les calendites des régions
occidentales du Segmentum Solar prétendent que
l'Empereur a toujours été un dieu vivant, alors que l'école
de pensée phanacienne (à l'extrême ouest du Segmentum
Pacificus) rétorque que l'Empereur ne devint un dieu que
lorsqu'il abattit Horus. Ces deux sectes croient en la divinité
de l'Empereur et ne discutent que les détails de sa
déification. Le protocole, le plan des temples et les styles
architecturaux font souvent l'objet de débats et, pendant
des semaines, le Saint Synode retentit souvent de
discussions qu'un citoyen ordinaire jugerait inutiles, voire
incompréhensibles.
avatar
Fabien
MJ

Messages : 638
Date d'inscription : 29/08/2009
Age : 43
Localisation : Vietnam

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum