La Révélation - Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Révélation - Partie 1

Message  Romeo le Mar 17 Déc - 0:05

Rapport du Sage Baltazar à l’inquisiteur Horacius Bishop – Bulagor Thrungg
An 820 du calendrier impérial, Malfi et Scintilla

Votre Bienveillante Excellence,
Notre mission achevée nous employons les quelques jours qui suivent à enquêter sur Rother Sydom. Il n’aurait jamais vraiment disparu, mais aurait été mêlé de près à divers trafics d’artefact (dont certains pour ne pas dire la plupart hérétiques) depuis les 3 dernières années. Les dernières traces laissées remontent à 2 mois de cela, et aucune ne semble liées à l’hégémonie Skaelen Harr (c’est en tous cas ce qu’ils affirment). Je propose donc de lancer un avis de recherche, afin de voir si l’imposteur reprendra son ancienne couverture ou non. Dans le même temps, nous apprenons qu’un cadavre de femme a été retrouvé dans l’Aleph entièrement carbonisé, inidentifiable, mais il y a fort à parier qu’il s’agit de la pauvre Lillith Rave.

L’autre piste que je creuse auprès de mes confrères sages concerne la Révélation, plus connue sous le nom de Ménagerie, il s’agirait d’un culte fantôme contre lequel seuls quelques inquisiteurs isolés luttent. La voie du Révélateur consisterait à abolir les frontières entre réalité et warp. Ils seraient connus pour leurs capacités à modifier la chair, l’esprit et distordre l’espace, ainsi qu’à disparaître. Cela concorde entièrement avec Rother Sydom et sa troupe de mîmes démoniaques. Ils se regrouperaient essentiellement dans les cabarets, les sanatoriums, les hospices etc. C’est tout ce que nous pouvons trouver pour l’instant concernant ce culte hérétique.

Au bout de ces 2 semaines de recherches assidues, un signalement de Rother Sydom nous est remonté depuis Scintilla (Sybellus) où il aurait été vu en train de vendre des artefacts interdits. Il nous faut 2 semaines pour arriver sur place – autant dire que les pistes sont bien froides. Nous attendons environ 1 mois avant d’avoir un autre rapport le citant en compagnie de Bulagor Thrungg, nobliau de Gunmetal City, connu de l’Inquisition pour son apostasie. Nous recevons de votre part l’ordre de le capturer chez lui à l’aide d’une troupe de soldats, car il aurait chez lui le musée de l’apostasie, regroupant divers artefacts hérétiques. Notre mission est de trouver des preuves de sa duplicité avec un trafiquant d’artefact, en découvrant le musée par exemple.

L’assaut se fait de nuit, nous sommes lâchés dans la chapelle attenante, Noëlla Invictus et moi-même, pendant que Titus surveille le périmètre et que les soldats attaquent par les jardins. Nous venons à bout sans grandes difficultés des gardes de la chapelle, où je trouve le prêtre mort le bras arraché gisant dans son sang, dans lequel baigne quantité de plumes noires. Le capitaine des FDP, Scipion Fidelicus, nous indique que Bulagor se dirigeait vers la ménagerie, nous pourrions donc l’y intercepter. Nous le trouvons effectivement dans la volière, où tous les oiseaux sont sortis de leurs cages et nous nous faisons attaquer par les deux mignons de Bulagor, mi-chien mi-crocodiles, dont Noëlla arrive à se dépêtrer sans grande difficulté. Elle coupe enfin le bras recouvert de runes de Bulagor, ce qui a pour effet de mettre fin aux jours du noble immédiatement, comme si son énergie y était concentrée. Le « bras du déiphage » - tel que Bulagor l’a nommé - gît par terre, je mets ce gant dans une cage et le garde pour pièce à conviction. Après quelques recherches, nous trouvons le musée de l’apostasie, sous l’autel de la chapelle, dans lequel nous trouvons quantité d’objets hérétiques dont je me fais un devoir de répertorier immédiatement sans qu’aucun ne puisse sortir. Nous y trouvons également le journal intime de Bulagor, que je décrypte et dont voici un extrait :

en effet je dois dire qu’elle était passablement folle après l’expérience. Si l’on voulait décrire par des mots la majesté de ce que nous vîmes tout trois a l’intérieur de la main, d’aucun échouerait sans nul doute. J’ai conversé avec des poètes, des Navigateurs et des Astropathes et nul n’a su décrire par des mots ce que l’âme sait quand elle est témoin de cela. Seuls les mots du Révélateur s’en approchaient lorsqu’il nous a confié la main. Mais à l’époque nous n’étions pas aptes à comprendre ses paroles empreintes de vérité. À travers cette main, nous avions tous les trois touché l’esprit d’un dieu, horrible à comprendre et impossible à ignorer.

72eme jour
Je me suis occupé de mes compatriotes comme le Révélateur me l’a suggéré. Le pauvre Skrivus était si secoue par la découverte de la vérité, par la connaissance nue qui nous emplissait, qu’il se mit à marmonner encore des prières futiles. Il aurait certainement confessé ses fautes si on lui en avait laissé le temps. Mes minions firent rapidement disparaitre le corps, peut-être devrais-je me soucier qu’ils développent ainsi un gout pour une pitance plus raffinée.

76eme jour
Le Révélateur est parti mais qu’importe, il m’a transmis sa sapience. La convergence des signes, invisibles au profane, est quasiment achevée. Ma communion avec la main verra la marque de la dynastie Thrungg s’inscrire dans les étoiles. Les faibles ploieront, je serai reconnu comme le devin des devins. Les étoiles au-dessus de Gunmetal City clignotent et scintillent selon mouvement presque imperceptible. Ils me parlent, je perçois une voix de l’au-delà. Ils m’appellent dans un langage si ancien que nul ne peut le prononcer, mais tout est compris. Je goute Vos mots, et Votre message est à l’intérieur de moi.

78eme jour
Sans que mon corps ne quitte le musée, mon esprit a traversé l’océan du Warp jusqu’au royaume de mes tuteurs. Je connais désormais la glorieuse destinée qui sera mienne, sculptée par le hasard. Des dents comme des lames, des écailles comme le ciel, une seule colonne vertébrale qui se tord. Une création parfaite, surement un enfant de mon guide.
J’ai vu le grand conflit. Une grande vérité qui combat le chevalier. Immobiles, ils se tiennent l’un l’autre, une prise si implacable que le temps s’est fige. Le Déiphage pourrit dans ce poing, mais le poing ne peut, ne doit bouger.
Que sommes-nous devenus ? Skrivus avait raison. Il importe peu vers… Non, Skrivus était un lâche. La dévotion nous pousse vers la Révélation de l’avenir.

80eme jour
J’ai vu la forteresse du mangeur de dieux. Le temple dore avec un cœur de charbon. Il se tient seul dans les ténèbres, brillant de mille feux. Il est juste une étape sur le chemin, mais le chemin vers le Déiphage est une demeure pour ceux qui veulent comprendre. Un chemin vers celui qui avalera le faux Dieu et le supplantera. Je serai à ses cotes quand le champion d’Hécate sortira de l’écume !

83eme jour
Nous ne faisons plus qu’un ! Glorieuse est ma chair. Certainement mon ascension est proche car j’ai touché la main du Déiphage et il m’a béni comme aucun autre avant moi. Je suis seul à maitriser son don, le seul à survivre à sa douce caresse.

85eme jour
Mon guide me dit qu’un destin funeste approche. Que les ailes de l’ange guerrier porte en sa chair la juste indignation des faux dieux. Même dans mon illumination je ne saisis pas cette promesse cryptique. Funeste pour qui ? Est-ce le destin funeste que je réserve aux étoiles ? Est ma propre perte, un avertissement amical afin que je puisse l’éviter ? Je ne jouerai pas ma destinée sur un coup de dés. Les gardes de la maison ont été rééquipés, les rondes doublées et pas moins de cinquante hommes en service à tout moment. Un faible prix à payer pour la certitude que

Romeo

Messages : 162
Date d'inscription : 08/03/2010
Age : 33
Localisation : Ho Chi Minh ville

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum