Les Anglais ont débarqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Anglais ont débarqué

Message  Romeo le Mar 23 Sep - 0:40

Colombus emploie les quelques mois qui suivent à améliorer son invention, et va même jusqu’à demander à un collègue de la lui greffer directement au bras droit. Opération réussie, tant pour son bras désormais mécanique que pour son esprit désormais fou – enfin, bien plus dérangé qu’avant. Quant à Rex, curieux de voir comment les Terres de Chasse influencent ses Hexes, il décide de d’aventurer seul sur ces terres interdites. Il n’est nul mot pour décrire les horreurs qu’il y voit, que ce soient des oiseaux démoniaques capable d’emporter un cheval – son cheval en l’occurrence – ou encore des virevoltants lacérant les jambes des pauvres erres osant venir jusque là, le comble de l’horreur reste pour lui son arrivée dans un Pueblo Viejo abandonné, où seul une créature difforme faite d’un amalgame de cadavres est là pour l’accueillir, ainsi qu’une ombre démoniaque qui le fait détaler sans demander son reste. Mais c’est aussi dans ces mêmes Terres de Chasse qu’il y fait la toute autant inattendue rencontre d’un chevalier teutonique répondant au doux nom germain de Folkler, dit le Chaste. Lui aussi veut en savoir plus sur l’origine de cet étrange phénomène. Ils font donc chemin commun jusqu’à apercevoir au loin la mission, épicentre de cette désolation, mais une nuée d’insectes arachnoïdes les oblige à rebrousser chemin au plus vite, et retournent finalement vers Thombstone, où Rex a tout d’abord rendez-vous avec son ancien ami le Ranger Norris, puis avec Colombus. Colombus qui s’est affrétée d’une nouvelle compagnie à la voix cristalline, visiblement au moins aussi exubérante que lui – en tout cas par son décolleté. Une fois les présentations de Harrietta et Folkler faites, ils commencent à parler à voix basse des ces phénomènes dont tout le monde parle à voix haute, racontars pour la plupart sortis tout droit de la dernière parution du Thombstone Epitaphe contant les derniers exploits des Rangers face à une araignée de vingt mètres de haut un peu plus au nord-est, là où les routes sont bloquées par les rangers. Nos quatre aventuriers sont donc en train de parler de ces faits divers quand un homme vient à leur table. Un certain Virgil Glascow, zoologue ou plutôt, comme il le dit si bien – cryptozoologue. C’est donc dans cette atmosphère bon enfant que Norris fait son entrée dans le saloon. Il informe Rex, Colombus et leurs 3 nouveaux compagnons qu’un certain Lord Dillenger est en ville, qu’il a le projet fou de monter un train-musée et prévoit d’instruire les « culs terreux de l’Ouest sauvage » grâce à son musée mobile. Evidemment, comme tout homme riche semant le trouble un peu partout, il risque de s’attirer les convoitises ou autres foudres de ces susdits culs terreux. Norris demande donc d’aller le protéger, lui et son train, pour une durée indéterminée. Sa cargaison, ajoute Norris, devrait être livrée dans la nuit par Smith & Roberts.

Ils arrivent sans trop de problème à se faire embaucher par le lord British, qui semble plus rechercher, outre la compagnie féminine, des hommes capables de faire des numéros de clowns plutôt que de vrais mercenaires. Toujours est-il qu’aux 5 compagnons qui nous intéresse viennent se greffer un as de la gâchette, un indien pisteur, une autre donzelle et pas moins de 8 autres tireurs. Dillenger invite ensuite sa suite à entrer dans le saloon qu’il a spécialement loué pour l’occasion, et explique à son assistance que le train partira le lendemain à midi précise et qu’il ne souffrirait d’aucun retard. Il rajoute enfin que son projet est d’éduquer les colonies vers l’est, en installant son musée temporairement dans chaque ville. Puis les discussions vont bon train. Au détour d’une conversation, Rex apprend de son nouvel employeur qu’il possèderait une vraie édition d’un livre de Hoyle. Un peu plus tard dans la soirée, Proud Wolf, l’indien, lui dit de se méfier des hordes du diable. Puis Rex monte se coucher à l’étage après avoir vu la terrible tête de bison accrochée dans le saloon, le paralysant presque. Il prend également soin de changer sa chambre avec celle de Virgil afin de ne pas être trop près de cette tête cornue. Il arrive à peine à trouver le sommeil, quand des cris le réveillent. Folkler est déjà devant la porte de Colombus, mais ce ne sont que des cauchemars. L’amputation provoque souvent ce genre de désagréments, tout le monde le sait.

A peine le calme est-il revenu au Bison Futé que des coups de feu se font entendre au rez-de-chaussée, là où dormaient l’indien et un chasseur de primes. Puis c’est la débandade. Rex descend en un clin d’œil, se retrouvent au milieu des 8 bandits prenant d’assaut le saloon, qui lui tirent dessus. Pendant ce temps, Folkler emmène Dillenger sur le toit pour le protéger, suivis de Virgil. Mlle Rose Star préfère s’enfuir et se fait tirer dessus. Colombus fait voler la porte de la chambre d’Harrietta pour la réveiller, mais en vain. C’est un cri de bête, un cri inhumain qui réveille Harietta, qui a du mal à comprendre ce que fait Colombus à cheval sur elle. Ce cri, et sûrement ce qu’ils ont vu l’instant d’avant, fait également fuir les bandits. Ce cri a été poussé par Rex avant de s’écrouler, le visage en feu. Heureusement éteint par une des filles de petite vertue de l’établissement. Le barman, le propriétaire, Mlle Rose Star, un des chasseurs de primes et l’indien sont morts au cours de cette terrible fusillade. Quant à Rex, il sera emmené le lendemain dans une des couchettes du train où il émergera quelques heures plus tard.

Le lendemain matin, Folkler reçoit un mot anonyme lui proposant de le rejoindre derrière le saloon s’il veut des informations. Folkler va droit dans le piège pourtant évident, et se retrouve nez-à-nez avec quatre cheminots nègres aux bras plus épais que les cuisses du germain, armés de barre à mine. Mais le chevalier teutonique mouline sa relique, et sa claymore fait fuir les quatre cueilleurs de coton, clopin-clopant car blessés jusqu’aux dents. De leurs côtés, Virgil et Colombus font la connaissance de Lilly La Fleur, une métisse nouvellement embauchée par Dillenger, certainement pour remplacer Rose. Après tout, une fleur est une fleur. Midi sonne, le train se met en marche et emmènent Dillenger et sa milice faite de 4 tireurs (James Gerard, Cecile Mc Grow, Glen Colt et Joe St Croix), James Anderson – l’as de la gâchette, Lilly et nos cinq compagnons vers de nouveaux horizons.
avatar
Romeo

Messages : 162
Date d'inscription : 08/03/2010
Age : 34
Localisation : Ho Chi Minh ville

Revenir en haut Aller en bas

Bravo

Message  Gaetan le Mar 23 Sep - 15:52

Bravo Rom pour tous ces resumes. Ton benevolat t'a valu une volee de Bounty points bien merites (et deja distribues, pas la peine de reclamer).

Marshal G.
avatar
Gaetan
MJ

Messages : 249
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 43
Localisation : Ho chi Minh, Dist 1 (Co Bac str)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anglais ont débarqué

Message  lionel le Mer 24 Sep - 12:03

Merci Romeo !!

Bon, on va essayer de pas mourrir trop vite ...
avatar
lionel
MJ

Messages : 410
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 36
Localisation : HCM

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anglais ont débarqué

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum