De l’inspiration d’Hannibal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De l’inspiration d’Hannibal

Message  Romeo le Mar 18 Nov - 19:25

Une fois les positions prises, chacun voit peu à peu les festivités se préparer en ce soir du deux juillet. Certains commencent à boire, afin de s’assurer que l’alcool est bon, d’autres se promènent pour préparer leur itinéraire du lendemain, d’autres enfin continuent leurs courses courant à droite à gauche à la recherche de ce qui leur manque. La soirée se passe relativement bien, sans trop d’altercations. James note que les trois Harrowed l’ont à l’œil constamment, mais ne semble pas vouloir déclencher de duel pour l’instant. Tard dans la soirée, les gens rentrent chez eux d’eux-mêmes, ils savent que les jour suivant vont être longs donc ne sont pas contre une bonne nuit de repos. Les rues se vident, les députés se rejoignent et se racontent leur soirée. Joe, Harrietta et Joshua font mine de vouloir aller se coucher quand Folker et James proposent d’aller se promener, la faim les travaillant. Ils s’avancent donc dans l’obscurité de la nuit, à la recherche de poules, de chien ou de quoique ce soit à se mettre sous la dent.

Mais pendant ce temps, à l’auberge, un cri se fait entendre. Harrietta, Joshua et Joe en tête demandent au barman de leur ouvrir la porte à l’étage, et pénètrent dans une chambre aux murs et draps rougis par le sang d’un corps décapité auquel il manque également les deux bras. Magnifique scène d’horreur. Et la pauvre Suzie, qui devait être là pour assurer son office, est au milieu de la pièce. En sanglot au milieu de tout ce sang. En état de choc, elle n’est malheureusement pas en mesure de dire quoique ce soit. Mais son gros hématome sur le visage semble crier qu’elle a été violentée, probablement par l’agresseur de la victime gisant au sol. Après une rapide inspection des vêtements du corps sans bras ni tête, Joe trouve cachée dans une doublure cousue de la veste une lettre sans queue ni tête. A en croire cette lettre, la victime serait Paul Goodwin, corroboré effectivement par les vêtements, il s’agit du vieil homme qui avait eu une altercation avec cette même Suzie plus tôt dans l’après-midi, mais le plus étrange reste que la lettre informe qu’il serait – aurait été – un espion nordiste. Le reste de la chambre ne semble pas avoir été fouillé, il n’y a pas de traces d’effraction, à part la fenêtre cassée de l’intérieure et un petit bout de soie blanche resté accroché à un bout de verre de la fenêtre. Une analyse du sol dans la rue confirmera que l’agresseur a bel et bien sauté du premier étage, depuis une fenêtre haute de cinq mètres. Joshua inspecte le corps de près et se rend compte que la tête et les bras – qui restent introuvables – ont été coupés de façons chirurgicale, il est même persuadé que c’est l’œuvre d’un scalpel. Pendant ce temps, Harrietta se renseigne auprès du tenancier et apprend qu’à part eux cinq, le saloon a loué ses chambres à ce pauvre Goodwin, à un certain Clayton Mansfield et la dernière à Jacques Anderson – qui viendrait du Nord lui aussi, à en croire son accent, lui affirme le propriétaire. Mais Clayton comme Jacques ne semblent pas être là ce soir. Suspects ou fêtards ?

Au même moment, à l’autre bout de la ville, Folker et James marchent dans les rues noires de Dodge City, à la recherche de poules pour l’un et de fermiers pour l’autre. Quand un coup de feu se fait entendre. En un éclair James se met à terre et dégaine sa Winchester, mais la nuit noire ne dévoile aucune silhouette. Quand dans le dos de Folker sort de terre un des trois Harrowed, et lui place une bonne décharge de plomb avec son Shotgun, avant de disparaître de nouveau sous terre. James le suit sous la terre, mais ne le trouve pas. Quand il remonte, il ne voit plus Folker qui a déjà pris ses jambes à son cou, mais entends clairement les trois soldats à sa recherche. Il attend, caché sous les fondations d’une maison, que le silence se fasse. Mais le manitou qui l’habite lui joue un mauvais tour, et James se réveille quand il fait presque jour, à errer dans les rues quelques instants avant l’aube. Il aperçoit une maison en feu à quelques rues de lui…

Un peu avant une heure du matin, Folker rejoint le saloon du Dog Eye, et raconte son entrevue nocturne avec trois Harrowed clairement bien traînés au combat, et probablement à l’heure qu’il est déjà vengés de James. Quand un brouhaha se fait entendre dans la rue. Les quatre Deputies sortent et trouvent Ralfie de nouveau en confrontation avec le nègre aux prospectus, toujours à terre, et un terrible craquement se fait entendre lorsque Ralfie lui écrase le bras. Le pauvre Nordiste n’aura plus qu’un bras pour distribuer ses prospectus. Ni une ni deux, Folker décoche une droite à Ralfie pour calmer la bagarre – pratique courante chez les teutons. Joshua et Harrietta récupèrent le noir et ont bien l‘intention de le conduire au cachot pour « réitération de distribution de prospectus interdits malgré une première mise en garde », ou quelque chose comme ça. Au moins, à l’ombre, il sera à l’abri d’un second passage à tabac. A ce moment-là, Clayton Mansfield arrive en titubant, visiblement ivre mort, regarde le bras du pauvre nègre, et d’un mouvement assuré le lui remet en place. Quand un coup de feu se fait entendre. Jake range son révolver et invite Ralfie à passer derrière ses cinq Wilderness Riders. Heureusement, Earp arrive à ce moment précis – coïncidence ? – pour calmer le jeu juste avant que cela ne dégénère, et renvoi chacun chez soi. Il envoi Joshua passer la nuit chez le docteur en compagnie de Suzie, et va inspecter le cadavre avec Folker et Joe, avant de retourner se coucher, sans avoir oublié au passage de passer un savon à ses députés honoraires qui jusqu’à présent ont beaucoup fait parlé d’eux sans pour autant résoudre les trois mystérieux morts…

Au petit matin du trois juillet, James rejoint donc l’auberge, l’air un peu hagard et les vêtements plein de terre. Une fois leurs rapports respectifs échangés, les cinq représentants de la loi s’attèlent à leur enquête. Ils se dirigent d’abord vers le drugstore, dans l’espoir de trouver qui aurait pu acheter du matériel de chirurgie, ou de la soie blanche. Ils sont évidemment interpelés en chemin par les trois soldats Harrowed qui montrent du doigt la couardise de James. Car après tout, c’est vrai que c’est James qui a tiré dans le dos de quelqu’un avant de disparaître. Au drugstore donc, la vendeuse leur apprend que le morceau de tissu viendrait de la côté Est, car c’est un tissu de très bonne qualité, et donc onéreux. Harrietta obtient du dentiste officiant au premier étage du drugstore que la maison des Bowers a pris feu. Ayant maintenant une preuve officielle – le bout de soie vient de l’Est, Clayton Mansfield et Jacques Anderson semblent aussi venir du Nord-Est, enfin, quelque part par-là – l’un d’entre eux va demander un mandat contre Clayton et Jacques pendant que James « convainc » son Texas Ranger préféré d’ouvrir la porte de Clayton, car après tout, n’est appelé burglar [en anglais dans le texte] que les voleurs de nuit n’est-ce pas ? James arrive donc à crocheter la porte de Clayton, et après une fouille méticuleuse d’une chambre impeccablement ordonnée, ils trouvent sous son lit une mallette devant contenir un scalpel, mais ne contenant à présent que quelques tâches de sang séché. Sur cette mallette, un petit badge indique à qui sait lire qu’elle a été offerte par un certain Docteur Cuthing Waite en récompense d’une graduation en médecine à l’université de Caroline du Sud. A côté de cette valisette, ils trouvent également un tapis de sol contenant un amas de bras et de têtes en décomposition cousus les uns aux autres. Mais la tête de Goodwin ne fait pas partie de cette originale sculpture. Joshua et James restent planqués dans la chambre de Clayton et l’y attendent. Folker va chercher Earp, car cette fois ils tiennent vraiment des preuves concrètes, et au passage, les trois Harrowed le hèlent et lui apprennent que James aurait été pendant la guerre un agent double qui aurait massacré un régiment entier ainsi que des civils, incluant femmes et enfants, et que ces trois soldats sont revenus en tant qu’Harrowed pour se venger. Ils n’en veulent donc point du tout à Folker, qui devrait juste faire l’effort de ne pas se mettre en travers de leur chemin. En début d’après-midi, dans l’espoir de trouver Clayton avant son prochain crime, et compte tenu de ses penchants pour la boisson du diable – comme l’appelle Ida Maé – ils décident de faire la tournée de plusieurs saloons, mais en vain. Ils trouvent finalement deux hangars de l’autre côté des voix de chemin de fer, fermés, appartenant à un certain Victor Dorian. Il est dix-huit heures, vont-ils prendre le risque d’aller les explorer alors qu’ils sont sensés être à leur poste en ce soir de veille du quatre juillet ?...
avatar
Romeo

Messages : 162
Date d'inscription : 08/03/2010
Age : 34
Localisation : Ho Chi Minh ville

Revenir en haut Aller en bas

thx Rom

Message  Gaetan le Jeu 27 Nov - 15:34

Merci. Pas le meilleurs gunslinger du Weird West, mais la meilleure plume :-)
avatar
Gaetan
MJ

Messages : 249
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 43
Localisation : Ho chi Minh, Dist 1 (Co Bac str)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum