05 - Une folle pas si folle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

05 - Une folle pas si folle

Message  Romeo le Mar 20 Jan - 13:20

Annales de Gaïa, an de Grâce 989 après le Christ, Joria.

Alors que l’après-midi touche à sa fin, Gen essaie de fricoter avec la petite Cassandra, marchande de tissu sur le marché local, voyant en elle la nouvelle femme de sa vie, lui contant fleurette attablés à la taverne du village. Au même moment, de l’autre côté de la place du village, Julian et Pilate échangent avec l’aubergiste, quarantenaire à l’air jovial, ayant toujours un petit penchant pour l’alcool. Le rez-de-chaussée de son auberge étant suffisamment grand pour y accueillir quelques soiffards, l’aubergiste y tient une sorte de petite taverne où l’alcool coule à flots dans les gosiers. La soirée s’étend ainsi, puis laisse la place à une nuit sans lune. C’est justement au cours de cette nuit que Gen se réveille, voit une masse de corbeaux venir à lui et une voix sortie d’outre-tombe lui susurrer à l’oreille « maintenant que vous connaissez mon nom, je vais devoir vous tuer ». Sur ces mots, des morts-vivants sortent de terre et commencent à attraper Gen, qui se débat en vain. Il se fait mordre, la douleur est atroce. Il lutte. En vain. Puis il se réveille, en nage. Ce cauchemar paraissait tellement réel. Il comprend rapidement que Malekith, le Prince des Corbeaux, l’ennemi de Séliné, va désormais hanter ses nuits. Et probablement celles de ses compagnons.



Au petit matin, après un bon petit déjeuner servi par un aubergiste déjà bien éméché, chacun se réparti les tâches. Julian va aller voir du côté du chantier naval et des entrepôts, Pilate accompagnera Caimus à la bibliothèque, pendant que Gen va aller enquêter du côté des habitations à propos des cauchemars. Gen entreprend donc un fastidieux recensement de la qualité du sommeil auprès d’une population somme toute assez dubitative, bien que Gen ne se présente comme envoyé du maire pour une enquête visant à « améliorer la voirie publique et l’embellissement de la ville de Joria en général », basée sur les éventuels troubles du sommeil des villageois, car, insiste Gen, Gergely Hara reste toujours très attentif aux bons et vouloirs de ses sous-fifres, euh, de ses citoyens. Après plusieurs heures de porte à porte, Gen se rend compte qu’il n’y a pas de véritable répartition géographique des cauchemars, ni de cauchemar liés à la mort. Il retrouve donc ses camarades assez bredouille.

Julian, de son côté, se déguise en mousse et se fait engager comme coolie à droite à gauche. Il apprend donc que Joria exporte principalement du coton, stocké dans les entrepôts, et qu’on y importe essentiellement du métal par voie terrestre (donc au nord de la ville), le plus souvent en provenance de Gabriel. Mais la tendance générale, du fait du contexte politique et des accrocs entre Hélénia et Gabriel, le commerce – du moins l’import – est grandement à la baisse ces derniers temps. Au cours de la matinée, Julian entendra également à de nombreuses reprises de l’incarnation d’Hélène venant soigner les plus démunis. Chacune prie pour qu’Hélène apparaisse à Joria.

Quant à Pilate, en charmante compagnie, constate que la bibliothèque est assez grande compte tenue de la taille du village, elle peut contenir dans les 3 à 4000 livres et semble être vieille d’au moins 200 à 300 ans. Mais effectivement, comme l’avait mis en garde Caimus, le bibliothécaire n’a probablement plus eu la force de ranger les livres depuis la vaine fouille de l’Inquisition. Livres qui s’entassent en plusieurs pyramides. Pilate décide donc de se concentrer et repérer les objets magiques présents dans la salle. En dehors du pendentif des Templiers de Caimus, pourtant bien caché au fond de son décolleté (lui servant, confiera-t-elle à Pilate, à appeler des renforts), Pilate ne trouve rien.

Après un copieux déjeuner passé à partager les informations glanées (ou non) ci et là le matin, chacun retourne à son enquête. Cette fois, Pilate et Gen vont rendre ensemble visite à la vieille folle qui ferait des cauchemars néfastes, pendant que Julian continue son repérage côté port. Quand la vieille ouvre la porte, elle regarde Gen et Pilate d’un drôle d’air, les traite de corbeaux avant de se jeter sur Gen, qui n’a malheureusement pas le temps d’éviter le terrible coup de dents se refermant sur sa gorge. Afin de dégager l’agresseuse de son compagnon de voyage, Pilate lâche un coup de pieds dans la vieille qui lui vaudra deux côtes cassées. Puis il conduit Gen se tenant la gorge pour arrêter l’hémorragie et la vieille se tenant les côtes à l’hôpital. Pendant qu’il reçoit des soins, Gen en profite pour se renseigner sur des éventuels accidents étranges, mais le docteur lui assure que Joria est une ville tout ce qu’il y a de plus normal concernant les accidents ou décès. Au grand regret de Gen. Pendant ce temps, Pilate a tout loisir de retourner chez la vieille folle, et inspecter son taudis. Il n’y trouve rien d’autre que quelques livres de petite sorcellerie, rien de bien méchant. Il se rend ensuite à l’église et apprend du Père qu’un ermite a élu domicile en dehors de la ville il y a quelques années, mais que ce païen doit avoir quelque chose à se reprocher car il n’est pas venu une seule fois se confesser en 4 ans. Le Père, transgressant le secret professionnel, confesse également que la vieille a toujours fait des rêves bizarres, même dans sa jeunesse, dont un à propos d’un jeune homme, de marchandises et d’un livre. C’est tout ce dont le Père se souvient, hélas.

Un peu plus au sud du village, pendant que Gen et Pilate se rendent à l’hôpital, Julian retourne jouer les mousses et entend des rumeurs de clandestins venant du port et s’éparpillant dans tous le pays, probablement des espions selon certaines bouches. Alors qu’il discute avec quelques marins, Caimus arrive et commence à lui parler, grillant ainsi sa couverture. Il s’éclipse hardiment et continue son bouche-à-oreille du côté des entrepôts. C’est justement au fond d’un entrepôt qu’il voir une ombre passer. En y regardant de plus près, il se rend compte qu’il s’agit d’un homme avec une épée courte. Serait-ce un de ces espions ? Il veut en avoir le cœur net et entreprend de le suivre discrètement. Mais une fois dans la rue, l’homme se rend compte qu’il est filé, et accélère le pas dans les allées du marché. Julian murmure quelques mots et l’homme se met alors à tituber, comme ivre. Julian en profite pour se rapprocher de l’homme, qui dégaine, créant un cercle de villageois surpris et sur leur garde. Quand l’homme voit que les villageois s’arment de ce qu’ils peuvent, bâtons et autres pastèques, il s’enfuit. Julian se lance à sa poursuite, fini par le rattraper, et quand l’homme tente d’esquiver le coup de pommeau du coutelas de Julian, il trébuche et s’évanouie pour de bon. Julian le téléporte jusque dans sa chambre, et attend le retour de Gen et Pilate.

Ceux-ci arrivent enfin (Gen s’étant attardé un peu avec Cassandra pendant que Pilate s’est assuré qu’il n’y avait rien de magique dans l’enceinte de la ville) et l’interrogatoire commence. L’homme au tatouage de l’Alliance Azure avoue être un espion ayant pour mission d’aller à Lenci, lui et les quelques 30 hommes de son navire. Lui, piètre nageur, est arrivé un peu en retard, les autres doivent déjà être en route. Il ne sait rien des missions des 3 ou 4 autres navires, mais sait que ce ne sont que des navettes. D’autres devraient encore arriver. Son objectif, dit-il, est de se faire engager dans l’armée d’Hélénia pour des missions de sabotage lorsque la guerre commencera. Ne sachant pas quoi faire de lui, ils l’assomment pour la nuit et iront le donner au capitaine de la garde le lendemain. La nuit porte conseil dit-on. Mais des bruits attirent leur attention au dehors. Une foule de paysans encercle Caimus, la traitant de sorcière. Le ton monte, et les mots bûcher commencent à émerger. Quand elle voit qu’elle n’a plus grand choix, elle produit alors une bourrasque de vent et des éclairs scintillent tout autour d’elle. La foule s’enfuit sans demander son reste, mais elle sait qu’elle est maintenant ennemie publique numéro 1 dans Joria. Elle explique à Pilate, Julian et Gen qu’elle a été vue en train de voler au haut de la statue de la place du village, car elle voulait s’assurer que le livre n’y était pas. Elle leur apprend également qu’avant ça, elle a questionné les gardes qui lui ont dit que des gens sortaient par la porte du sud, sans forcément rentrer. Recoupant avec les informations de Julian, ils s’accordent  à penser qu’il s’agit des espions. Puis tout le monde retourne se coucher. Malekith vient cette fois rendre visite à Julian.

Au petit matin, ils emmènent l’espion à Tibor, le capitaine de la garde, dans la tour de gardes. Il confirme qu’effectivement des espions envahissent peu à peu le pays, mais refuse de tuer cet homme. D’un commun accord, Julian, Pilate et Gen relâchent l’espion, car après tout, ces conflits politiques ne les concernent que moyennement. Ils vont ensuite rendre visite à l’ermite en dehors de la ville, qui est venu s’installer il y a 4 ans pour la beauté du paysage bucolique de la région, mais se fait effectivement voler des légumes depuis quelques semaines. En revanche,  confie-t-il à ses hôtes, la nuit, de temps en temps, il voit des apparitions bizarres près du village, des sortes de fantômes…

Romeo

Messages : 162
Date d'inscription : 08/03/2010
Age : 33
Localisation : Ho Chi Minh ville

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum